Une spécialité : 

les ONG


Après des études de droit et d’anthropologie du droit, je me suis engagé parallèlement dans la recherche universitaire, l’écriture et l’action humanitaire. Je suis aujourd’hui rédacteur en chef de la revue Alternatives Humanitaires (http://alternatives-humanitaires.org) après avoir été celui de la revue Humanitaire à Médecins du Monde (https://journals.openedition.org/humanitaire). 

C’est par cette connaissance de l’humanitaire et du monde associatif que je suis entré véritablement en écriture, publiant mon premier ouvrage (La France de la solidarité, Cesno) en 2002 suivi, la même année, de Quand le droit fait l’école buissonnière – Pratiques populaires de droit (avec Patricia Huyghebaert, aux éditions Descartes & Cie et Charles Léopold Mayer). En 2003, je publiais Voyager autrement – Vers un tourisme responsable et solidaire aux éditions Charles Léopold Mayer. J’ai creusé ces thèmes en 2006 avec Critique de la raison humanitaire (dir. avec Karl Blanchet) aux éditions Le Cavalier Bleu et en 2007 avec Droits de l’Homme et responsabilités (avec Sandrine Revet et Bertrand Verfaillie), aux éditions Charles Léopold Mayer et Tarik Éditions. En 2015, l’essai L’adieu à l’humanitaire ? Les ONG au défi de l’offensive néolibérale paraissait, toujours aux éditions Charles Léopold Mayer. 

Cette expertise et ma connaissance du monde associatif me permettent de proposer un service particulier aux ONG

  • la prise en charge de travaux éditoriaux spécifiques au monde associatif (biographies d’associations, colloques, journées scientifiques, documents conceptuels ou de plaidoyer, etc.) ; 
  • l'écriture de biographies de fondateurs ou la réalisation de portraits de personnalités ;
  • des reportages sur le terrain (voir ceux réalisés pour Médecins du Monde, notamment au Bangladesh, aux Philippines, en Côte d’Ivoire, au Cambodge, en Birmanie ou au Pakistan). 


Photo d'arrière-plan : en reportage à Dacca, Bangladesh, auprès de l'ONG BRAC, 2014 © DR

Quelques publications personnelles sur l'humanitaire

L’adieu à l’humanitaire ? Les ONG au défi de l’offensive néolibérale,
Éditions Charles Léopold Mayer, 2015 (essai)

Quel est le propos ? Voir ci-dessous


Critique de la raison humanitaire  (dir.  avec Karl Blanchet), préface de Rony Brauman,
éditions Le Cavalier Bleu, 2006 (essai)

Quel est le propos ? Voir ci-dessous



Traduction anglaise de Critique de la raison humanitaire aux éditions Hurst and Company, juillet 2011  (pour le Royaume-Uni), et aux éditions Columbia University Press, septembre 2011  (pour les USA et le Canada),  postface de David Rieff 

La France de la solidarité, préface de Claude Moncorgé (président de Médecins du Monde) et avant-propos de Anne-Marie Guilleux (médecin-réanimateur pédiatrique), Cesno, 2002
(essai grand public)

Quel est le propos ? Voir ci-dessous

 

Cela fait presque 50 ans qu’en marge de l’État et des entreprises, les ONG humanitaires françaises ont posé les bases d’un modèle social, économique et politique de la solidarité internationale innovant. Fondé sur l’action de terrain, le témoignage et le financement citoyen, il participe du développement d’une société civile parlante, agissante et indépendante. Aujourd’hui, ce modèle est en danger, de plus en plus courtisé par les entreprises qui ont peut-être trouvé dans l’État un allié objectif. Au prétexte de la baisse des financements institutionnels, de la réhabilitation des entreprises qui seraient devenues socialement responsables et de l’union sacrée contre les maux qui ravagent la planète, un écosystème néolibéral s’installe progressivement autour des ONG humanitaires. Cet ouvrage vise à décrypter cette emprise de plus en plus forte qui entonne l’hymne de la réforme comme les politiques invoquent le mot-déclic de « changement ». Chemin faisant, il revient aux sources du mouvement French doctors et le situe par rapport à d’autres acteurs tentés de capter le label humanitaire. Loin de faire l’impasse sur les difficultés et les ambiguïtés du monde humanitaire, mais prenant résolument sa défense, ce livre est un plaidoyer pour que les ONG humanitaires défendent leurs spécificités et leur richesse qui font d’elles un des derniers contrepouvoirs à la puissance de l’État et de l’économie de marché.


L’humanitaire français « French Doctors » dialoguait ici avec l’humanitaire anglo-saxon,  pour apporter un éclairage sur les différences mais aussi les convergences qui existent entre ces deux approches, dans un contexte de mutation des équilibres mondiaux.

Treize personnalités de l’humanitaire s’exprimaient sur quatre thématiques majeures : la crise de la maturité, l’évaluation de l’action humanitaire, la place des ONG sur le nouvel échiquier géopolitique et les liens entre humanitaire et religion. Rony Brauman nous fit le plaisir de préfacer l'édition française et David Rieff de postfacer les éditions anglophones.


Le monde de la solidarité fascine autant qu'il intrigue : comment se sont construites les associations, comment sont-elles financées et quels sont leurs budgets, sont-elles indépendantes des États, quel rôle jouent les entreprises et les gouvernements ? Ce livre - mon premier - tentait d'apporter des réponses à celles et ceux qui veulent mieux comprendre ce qu'est la grande machine solidaire. Une première expérience qui m'a beaucoup appris sur le monde de l'édition, ses dessous et ses pièges. Mais qui m'a aussi permis de donner la parole à des personnes comme Anne-Marie Guilleux, un médecin humanitaire incroyable ou Tuan, un 
« boat-people » vietnamien devenu comptable chez Médecins du Monde...